Une Appli pour l’orthographe au cycle 2 et au cycle 3

Paroles d’enseignant : « Ah ! Aujourd’hui, séance de production d’écrits… Je vais encore avoir sans arrêt des demandes du genre « Maître(sse) ! Comment ça s’écrit ? ». Je vais devoir écrire tous leurs mots au tableau, ça prend du temps et je ne vais pas pouvoir les aider à gérer l’orthographe grammaticale. En plus ce soir, encore des cahiers à corriger… et demain pour mes élèves, une séance laborieuse pour réécrire tout ça ! »

Cette problématique nous la connaissons bien, nous l’avons vécue pendant de nombreuses années dans nos classes. Mais aujourd’hui, en affichant l’Appli au vidéoprojecteur, un élève peut venir chercher n’importe quel mot et le trouver en quelques secondes (l’Appli contient 18 000 mots dont 3 300 verbes conjugués). Il peut ensuite l’écrire avec la bonne orthographe sur son cahier ou au tableau pour toute la classe. Cette autonomie en orthographe lexicale vous dégage du temps pour accompagner vos élèves sur les accords grammaticaux.
Tout le monde part le cartable léger, pas besoin de correction après la séance !

C'est simple

À l’aide du clavier, sur lequel chaque touche représente un son, l’élève cherche le mot en encodant le début de la chaîne phonétique.

Après 3 ou 4 clics, il accède à la page de résultats qui va contenir le mot qu’il cherche. Il le mémorise et peut ainsi l’écrire avec la bonne orthographe.

Découvrir l'Appli en détail

L'écriture au service de la lecture d'après les recherches

[…] Des discours comme : « Ne vous préoccupez pas trop de l’orthographe, concentrez-vous sur le sens » ou comme : « Pour votre premier jet, si vous avez un doute, vous pouvez écrire avec les oreilles. La toilette orthographique de vos textes se fera à la fin. » Ces pratiques sont très risquées. En effet, si les erreurs orthographiques produites sont plausibles sur le plan graphophonologique (MÉZON par exemple), cela ne peut que perturber la mémorisation du patron correct. Le risque est en effet qu’en se donnant à concevoir, à écrire et à relire des formes inexactes, l’élève apprenne implicitement ces erreurs et que cela nuise à la mémorisation du lexique orthographique. Mais ce ne serait pas si pénalisant si la lecture restait indemne. Or, il est vraisemblable que l’enfant qui a en tête le mot « mézon », repasse par le décodage pour identifier « maison » en lecture. Au bout du compte, le temps gagné au moment du « brouillon » se paie d’un temps de correction important et d’un retard dans l’acquisition de l’orthographe. […] André Ouzoulias

Document complet d'André Ouzoulias

Deux formules selon vos besoins

Valable pour les deux formules :

Accès à la version complète de l’Appli

Séances de prise en main

Durée : 1 an à partir de la date d’achat

Pour un abonnement sur plusieurs années (dans le cadre du plan numérique par exemple), nous contacter

Formule PRO Mini

6 accès simultanés maximum

40 € / an

Formule PRO Maxi

30 accès simultanés maximum

50 € / an

Nous avons enseigné de la GS au CM2. Notre rencontre en 2015 nous a permis de mutualiser nos pratiques et d’approfondir le thème du lire-écrire dès le début des apprentissages.
Le projet « BIEN ÉCRIRE POUR BIEN LIRE » est d’abord né de ces échanges, puis a grandi avec les recherches scientifiques, les échanges avec les enseignants et les apports des formateurs.

Qui sommes-nous ?

Contactez-nous


    LexiClic
    6 chemin de la fontaine
    25530 ORSANS
    France


    contact@lexiclic.fr